astronomie

  • Nouveau Monde

    Rouge, rouge est la couleur de la passion, du désir, - Noire, noire est la nuit où les étoiles ne cessent d’écrire, - Nos vœux les plus secrets, les plus fous, - Je rêve que je puisse rêver encore et toujours (Benoit Albertini)

    genval,astronomie,nocturne

    Image du Golfe du Mexique de la nébuleuse de l'Amérique du nord. La couleur rouge vient de l'hydrogène qui compose la nébuleuse et les zones sombres sont sculptées par des nuages denses de poussières qui absorbent la lumière (Simon-Pierre Gorza).

    Photographie | GORZA Simon-Pierre Édition | Eric de Séjournet © 2008-2017
  • Astéroïde 2014 JO 25

    Et cette masse aveugle plonge silencieusement dans l'infinité de l'espace, ne nous laissant que la trace furtive de son errance (Philippe Van den Doorn)

    rixensart,astronomie

    Image du passage de l'astéroïde "2014 JO 25" dans le ciel clair de Rixensart, durant la nuit du 19 au 20 avril 2017.

    Cette prise de vue est le résultat cumulé de 8 poses unitaires de 180 secondes espacées de 6 sec. soit au total environ 25'. Le bolide, distant d'environ un million sept cent mille Km se déplace extrêmement vite, à 35,6 Km/s soit 121000 Km/h. et sur l'image, en 25 minutes, il a parcouru la distance remarquable d'environ 52000 Km., matérialisée par ce fin trait oblique. Au passage il croise là quelques étoiles, dont HIP 65376, une belle orangée variable pulsante de type spectral M 3 III qui se trouve à 13h.23' 54 - 37° 02 02 (coordonnées célestes). Matériel : Lunette FSQ 85 sur monture EQ6, guidage caméra Sbig SG 4, capteur d'image EOS 60 Da ISO 800, filtre UHC, 8x180". La taille de cet astéroïde est évaluée à environ 800 m et il ressemble à une cacahuète géante, sa formation étant probablement due à la fusion de deux corps célestes.

    Il était possible, à l'aide d'un télescope, de matérialiser son passage à une si grande distance malgré sa petite taille parce que sa surface réfléchit la lumière du soleil six fois plus que notre Lune.

    L'échelle, en bas de l'image, indique l'heure du début et la fin des poses photographiques en temps universel. Avec une durée de 180" à ISO 800, apparaissent de nombreuses autres étoiles invisibles à l’œil nu.

    Le filtre "UHC" utilisé ici est un filtre sélectif qui renforce les contrastes et permet aussi de bloquer partiellement les nuisances de la "pollution lumineuse", dont l'éclairage au sodium, qui masque le ciel en nos régions.

    L'ensemble du matériel de prise de vue est placé sur une "monture équatoriale allemande", dispositif motorisé et piloté par informatique et qui suit précisément la rotation de la voûte céleste ceci afin de garder les étoiles fixes ponctuelles.

    Philippe Van den Doorn

    rixensart,astronomie

    Photo NASA (cliquez pour l'agrandir)

    Il s'agit d'une image radar composite de l’astéroïde "2014 JO 25". Ceci a été possible grâce à un "radar" de 70m de diamètre ! Il ne s'agit donc pas vraiment d'une "photographie", mais de l'interprétation graphique et composite "d'échos radar". Ce procédé, utilisé également pour certaines mesures très lointaines, permet de visualiser l'image de l'objet, qui en plus tourne sur lui-même. (Philippe Van den Doorn)

    Photographie | GOEYENS Marie, VAN den DOORN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2008-2017
  • Nébuleuse de la Rosette

    Si tu aimes une fleur qui se trouve dans une étoile, c’est doux la nuit de regarder le ciel (Antoine de Saint-Exupéry)

    126 Nébuleuse de la Rosette astrophotographie © Simon-Pierre GORZA.jpg

    La nébuleuse de la Rosette, une des plus belles figures du ciel, est un énorme nuage d’hydrogène et de poussières d’environs 10000 fois la masse du soleil, au sein duquel des étoiles sont nées. Les étoiles du centre, issues de la nébuleuse, forment un amas. Leur lumière excite les atomes de la nébuleuse qui, à leur tour, réémettent la lumière que nous percevons.

    Photographie | GORZA Simon-Pierre Édition | Eric de Séjournet © 2008-2017
  • Les Pléiades

    Indéfiniment, le bleu s'évade. Ce n'est pas, à vrai dire, une couleur. Plutôt une tonalité, un climat, une résonance spéciale de l'air. Un empilement de clarté, une teinte qui naît du vide ajouté au vide, aussi changeante et transparente dans la tête de l'homme que dans les cieux (Jean-Michel Maulpoix)

    M45_Pleiades-GORZA_VANDenDOORN.jpg

    L'image de ces étoiles est le fruit de la passion pour l'astrophotographie. Elle représente plus de trois heures de poses sous les instruments de Simon-Pierre Gorza et de moi-même soit au total plus de six heures de poses dans la nuit glaciale, prises cumulées et assemblées par les talents de ‘traitement d'image stellaires’ de Simon-Pierre. Le froid et le gel favorisent la clarté du ciel, malheureusement  fort ‘pollué’ ici par l'éclairage urbain très mal géré.

    ‘Les Pléiades’ sont un amas d'étoiles distant de 440 années lumières (environ). Une ‘année lumière’ est la distance que parcourt la lumière en un an terrestre, à la vitesse d'environ 300.000 Km/seconde. Nous voyons ces étoiles comme elles étaient voici 440 ans. Les voiles de poussière qui les enveloppent ne font pas partie de cet amas mais forment un nuage qui, par chance, le croise actuellement. Il y a beaucoup de poussière dans l'espace et parfois, en s'agglutinant sous les forces de gravité (ou aussi électrostatiques, pense-t-on) elle forme ce que l'on nomme des ‘pouponnières d’étoiles'. Ce ne sera pas le cas pour celles-ci.  

    L'amas des Pléiades est répertorié en de très anciens textes. Il est aussi nommé ‘M45’, selon le catalogue de Monsieur Messier, astronome du Roi Louis XV (il le surnommait le furet des comètes).

    Philippe Van den Doorn

    Photographie | GORZA Simon-Pierre, VAN den DOORN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2008-2017
  • Eclipse de Lune

    Lunae dies, dans la nuit de dimanche à ...

    1003 Avenue Roger de Grimberghe Eclipse de la lune 28.9.2015 © Marie Goeyens.jpg

    Montage extrait des 400 photos prises dans la nuit du 27 au 28 septembre 2015 (entre 3h18 et 6h04) depuis l’avenue Roger de Grimberghe à Rixensart au télescope Takahashi FSQ 85 + APN EOS 60 Da sur Monture Takahashi EM 11. Ce montage, réalisé par Marie Goeyens, montre les trois phases de l’éclipse : à gauche la Lune entre dans l'ombre de la Terre, au milieu l'éclipse est à son maximum et à droite la Lune sort de l’ombre.

    Lire la suite

    Photographie | VAN den DOORN Philippe Édition | Eric de Séjournet © 2008-2017
  • Orion vu de l'avenue Gevaert

    Carpe Noctem. Parce que Rixensart n’est pas encore Bruxelles … et qu’un télescope d’amateur y permet encore d’admirer le ciel. Parce que voir Saturne ou Mars défiler rapidement dans l’oculaire me fait sentir que cette Terre tourne comme un carrousel, petite foire dérisoire dans la valse des astres. Parce que détailler les volutes d’une nébuleuse lointaine ou les bras de galaxies dont la faible lumière a mis des millions d’années à parvenir à ma rétine me rend ma place dans cet univers. Parce que cette beauté est en danger, étouffée chaque nuit par un éclairage public souvent mal réfléchi, qui nuit aussi aux hiboux, hérissons et autres compagnons nocturnes. Parce qu’ici encore, par des choix avisés, beauté de la nature et qualité de vie pourraient se rencontrer (André Guns)

    Carpe noctem (avenue Gevaert) © André Guns.jpg

    Photo sélectionnée pour l'exposition 'Le patrimoine naturel de Rixensart', organisée conjointement en 2011 par le Plan Communal de Développement de la Nature et Objectif Rixensart.

    Photographie | GUNS André Édition | Eric de Séjournet © 2008-2017